Promenade au Mont Saint Michel

Mont Saint Michel, ombre chinoise

Basse saison et envie de bouger tant que c’est possible…la parfaite équation pour improviser une promenade au Mont Saint Michel. Vous venez avec moi?

Chaussures de rando, pull polaire et grosse doudoune. Dans mon sac à dos: un pique nique et un thermos de café bien chaud, puisque bars et restaurants sont actuellement fermés. En route vers la Manche, je laisse derrière moi la grisaille de ma semaine en mode zombie. Gris aussi sur le Mont, mais le gris macadam et le gris monastique ont l’avantage d’être porteurs de rêves.

Vue du Mont

En ce mois de février 2021, les parkings sont déserts.

Un agent esseulé fait la circulation dans son gilet fluo. Il me désigne le plus éloigné. Pourquoi pas si ça lui fait plaisir. Le numéro 6. Mieux vaut retenir, vu l’immensité de la zone dédiée au stationnement.

D’ici il reste 2,5 km à parcourir jusqu’à l’entrée du Mont Saint Michel. La vue d’ensemble est superbe, avec l’abbaye en lévitation sur la grève argentée. Un grand bâtiment épuré abrite le bureau d’information, qui détaille les différentes étapes du réaménagement de l’accès au mont. En effet, l’ancienne digue finissait par provoquer l’envasement de l’ilot. Il a fallu le dégager, et rendre au Couesnon son cours naturel. Un barrage a été construit pour lui permettre de jouer son rôle d’évacuateur de sédiments avec encore plus d’efficacité. 

Pour l’aller, j’ai testé la navette gratuite. Peu de rotations en cette période. Dommage, car les visiteurs frigorifiés s’entassent plutôt que d’attendre la prochaine dans le vent glacé.  Bien sûr, tout le monde est masqué, mais la proximité est proche de celle du métro. 

Illustration promenade au Mont saint Michel
Le barrage du Couesnon

De loin ou de près, le Mont Saint Michel est une pure merveille.

En descendant de la navette, au pied de l’enceinte, la majesté imposante de l’architecture m’écrase de sa beauté. La construction est spectaculaire. Peu importent le froid qui pique mes doigts et les averses qui détrempent ma capuche. J’ai voyagé dans le temps, j’ai atterri au Moyen Age.

Poésie monacale des ruelles étroites qui grimpent vers les cieux.

 Les échoppes fermées (pandémie oblige), et le peu de badauds ramènent à une époque où le tourisme de masse n’existait pas. Je peux flâner dans les petits recoins tranquilles, m’attarder pour des photos sans déranger personne, rêver devant les goélands qui planent.

L’absence de foule rend sa dimension spirituelle au Mont Saint Michel, et je ne peux que vous conseiller de le visiter en saison basse. Tranquillité et sérénité au rendez-vous, avec la sensation régénérante de profiter pleinement du lieu.

Le Mont St Michel en contrebas
Entrée du Mont Saint Michel
Façade La Mère Poulard

Impossible de pénétrer à l’intérieur de l’abbaye, fermée jusqu’à nouvel ordre. Je me suis consolée en parcourant les venelles transversales , qui donnent sur de minuscules jardins, des enchevêtrement de toits moussus, des entrées d’escalier gardés par des chats indifférents. 

Après la pause pique-nique improvisée sous le porche d’entrée, les papilles régalées, j’ai fait de même pour mes pupilles.

Le tour des remparts est somptueux.

A perte de vue, la grève étend son miroir magique. Côté mer, l’inconnu m’appelle derrière l’horizon. Côté terre, les prés salés aiguisent ma curiosité sur la vie des gens du coin.

Les toits du Mont Saint Michel

Après ce grand tour, deux pauses café, un petit coup d’œil sur les vitraux de la chapelle Saint Lucas, la visite s’achève par un retour vers le parking. 

Grosse averse tandis que je traverse la passerelle de bois gris. Rien d’autre à faire que de la prendre et d’avancer. La grêle fondue traverse mon jean, mes jambes sont glacées, j’ai les joues congelées. C’est si bon de se sentir vivante! 

L'ombre du Mont
Cheminées du Mont Saint Michel
Vue sur la baie

Je rentre aussi frigorifiée qu’éblouie par cette balade au Mont Saint Michel.

Frustrée par le couvre-feu de 18h qui m’a obligée à écourter la fin d’après-midi, j’ai hâte de pouvoir y revenir. De visiter l’abbaye, d’arpenter le cloître suspendu entre ciel et mer. De passer la nuit dans une des maisons d’hôtes à colombages, de manger une omelette chez la Mère Poulard.

Mais peu importe, ce n’est que partie remise. Dans l’instant présent, je reviens chargée d’images spectaculaires et d’énergie positive

J’espère vous en avoir communiqué un peu au travers de cet article.

A bientôt pour d’autres balades!

Et vous? Connaissez-vous le Mont Saint Michel? Avez-vous envie d’y aller? N’hésitez pas à partager vos expériences en  commentaire, c’est toujours un plaisir de vous lire.

 Toujours utile: quelques infos pratiques

Baie du Mont Saint Michel