« Les lieux sombres » de Gillian Flynn

Illustration les lieux sombres tasse et plaid

En farfouillant dans une bouquinerie de Dinan, je suis tombée sur la couverture gris cendre et rose criard des « Lieux sombres » de Gillian Flynn. J’avais déjà lu et adoré « Les Apparences », alors j’ai profité de l’occasion pour découvrir cet opus de la talentueuse autrice. 

Voici ce que j’en pense.

« Les lieux sombres » en résumé

Dans le Middle West américain, Libby Day, la trentaine, est la seule rescapée du meurtre de sa famille alors qu’elle n’avait que sept ans. Elle a désigné le coupable: son propre frère.

Tandis qu’il croupit en prison depuis vingt-cinq ans, Libby ne se remet pas du traumatisme. Elle végète dans la dépression, et paye ses factures grâce aux donations qui pleuvent chaque fois qu’une émission sur sa tragédie familiale passe à la télévision. 

Mais le temps passant, son histoire attise moins les ardeurs. Elle se retrouve à cours d’argent.

C’est alors qu’une association de passionnés du crime la contacte. Poussée par le besoin, elle accepte contre rémunération de reprendre contact avec les témoins. Cette incursion dans les lieux sombres de ses souvenirs ne sera pas sans conséquence …

Les lieux sombres, tasse et plaid rose

Mon avis sur « Les lieux sombres »

Noir sans être glauque, féroce avec lucidité, j’ai adoré ce thriller initiatique. 

Ce n’est pas tant le portrait de l’Amérique misérable et violente de la crise économique qui m’a emballée, même s’il est redoutable d’efficacité. Certes, Gillian Flynn a trempé sa plume dans le bain de l’ultra réalisme et sait nous camper son monde red-neck avec une facilité de surdouée. Son univers est réussi, mais ce n’est pas ce qui m’a le plus touchée.

Dans « Les lieux sombres », c’est la psychologie fouillée et complexe des personnages que j’ai préféré.

Tous, de l’héroïne jusqu’aux personnages les plus secondaires, ont une évolution riche et captivante. Libby l’inadaptée sociale est aussi pathétique que sympathiquement antipathique. Lyle le falot criminologue cache bien des secrets. Ben le frère assassin  oscille quelque part entre perdition et rédemption. Patty la mère dévouée et dépassée est une tragédie incarnée. 

Gillian Flynn possède à la fois un très beau style et un sens du suspens percutant. 

L’alternance des voix narratives qui entrecroisent présent et passé, et points de vue des uns et des autres, insuffle un rythme haletant à l’intrigue. De rebondissements en questions sans réponse, le fractionnement des récits s’estompe au fil des chapitres. Ils se rejoignent inéluctablement en un instant cathartique, dont le dénouement est aussi terrible que libérateur. 

La lecture des « Lieux sombres » m’a laissée éblouie et songeuse. Je raffole des histoires qui racontent les tourments d’autrui. Elles me montrent les miens en bien pire. J’y vois des occasions bénies d’explorer, à l’abri au chaud sous mon plaid rose, les lieux sombres et freudiens de ma propre psyché. Ensuite, tranquillement, je referme l’ouvrage et bois une gorgée de thé. 

Et je me dis que la littérature c’est ça: explorer les méandres obscurs, raconter les parcours bousculés, les traumas et les joies, avec des mots, avec des rythmes, sans faux-semblant mais avec style. Il se trouve que tous ces ingrédients sont réunis dans « Les lieux sombres ».  Alors, si ça vous tente, je ne peux que vous encourager à les découvrir!

Les lieux sombres gros plan

Vous avez envie de lire « Les lieux sombres »? Rendez-vous chez votre libraire préféré ou cliquez sur ce lien. (Ce post lecture n’est ni affilié, ni sponsorisé)

« Les lieux sombres » a aussi été adapté au cinéma par le réalisateur Gilles Paquet-Brenner, avec Charlize Theron dans le rôle principal. 

Voici la bande annonce

J’espère vous avoir communiqué mon enthousiasme pour ce titre génialement  tourmenté, et je vous remercie de m’avoir lue. 

Et vous, aimez vous les thrillers noirs? Racontez moi vos lectures favorites en commentaires.

Vous avez aimez ce post lecture? Alors vous aimerez 

« Trio » de William Boyd

« Au Soleil redouté » de Michel Bussi

Le Meurtre du Commandeur, de Haruki Murakami

Sur la gauche avant la Chine

A bientôt sur Walkaway!