Eloge de la curiosité

Homme aux jumelles illustration Eloge de la curiosité

Curiosité…Lorsque j’étais petite j’énervais mes parents avec tous mes « pourquoi ». Pourquoi les poules n’ont pas de dents et pourquoi les chats miaulent? Pourquoi t’es de mauvaise humeur, pourquoi la dame elle a des rides? A quoi ça sert la vie, et pourquoi les questions c’est pénible?

J’ai fini par comprendre qu’il valait mieux  les garder dans ma tête, mais ma curiosité ne s’est pas pour autant dissoute. Elle a simplement cherché d’autres sources de réponses. Mes yeux, mes oreilles, mes idées, se sont affutés, et je suis allé voir ailleurs, plus loin. J’ai essayé des choses « pour voir ce que ça fait ». Tenté des expériences heureuses ou pas terribles. Découvert dans les livres, le cinéma, l’art, mille manières de penser différentes. Ma curiosité  a élargi ma perception des choses. Le besoin de la satisfaire m’a poussée à aller chercher ailleurs ce que je ne trouvais pas là. Dans la bicoque de mon enfance, elle a été la clé qui m’a ouvert en grand la porte vers l’au-dehors, la vastitude du monde, l’infini des possibles.

Loupe sur manuscrit Eloge de la curiositéLa curiosité, c’est quoi?

Etre curieux, je crois, c’est être en appétit de tout.

Se dire « Tiens, qu’est-ce que c’est? Qui est-il/ Qui est-elle? Pourquoi où comment quoi qu’est-ce? ». Avoir envie  de savoir où mène le chemin, ce qu’il y a derrière la porte. La curiosité, c’est aller vérifier si la nuit est réellement noire, si ces inconnus sont vraiment différents. Si le monstre qui nous fait peur est sensible aux chatouilles. Il n’y a qu’en allant voir qu’on peut savoir.

Et après? A quoi ça sert? Te sens-tu plus maline maintenant que tu connais les coulisses, maintenant que tu sais? Pas forcément, parfois ça fait du mal, parfois on est déçu, souvent on perd des illusions. Mais justement elles doivent l’être, perdues, puisque ce sont des illusions. Et parfois on découvre mille fois mieux que ce qu’on imaginait.

Non je ne me sens pas plus maline. Mais plus lucide, et plus complète. Visiter des pays inconnus, apprendre une nouvelle langue ou se former à l’HTML, c’est parfois déstabilisant, toujours grisant, et surtout ça nourrit mon esprit. Elargir ses compétences est un gain pour soi, mais aussi pour la communauté humaine dans sa globalité. Plus il y aura d’individus  à la curiosité active, à l’inventivité musclée, plus le niveau de conscience général s’améliorera.

Enfant curieuxLa curiosité, meilleure parade contre la monotonie.

C’est elle qui donne envie de creuser sous la surface de l’ennui. Elle qui étoffe l’inconsistance d’une rencontre passagère, elle qui pousse l’autre côté des barrières. Bien sûr, parfois c’est dangereux d’être curieux. Dangereux et dérangeant. Dénicher des secrets, pour le meilleur ou pour le pire. Déterrer le passé, présent bouleversé. La curiosité gaine le courage moral, car on n’aime pas toujours ce qu’on a découvert.

Cependant c’est souvent l’inconfort qui nous fait avancer, et nos fausses croyances carbonisent à mesure que nos esprits s’éclairent. La curiosité est l’inexplicable étincelle de désir qui me pousse vers l’inconnu. Je ne sais jamais à l’avance si  elle sera incendie ou lumière.

Pour le savoir, il faut aller voir…

 

 

Vous avez aimé ce post? Peut-être aimerez vous :

Pourquoi j’aime le journaling

L’esprit du voyage

 

Pour continuer la réflexion sur la curiosité, vous pouvez aussi consulter le site Ithaque Coaching