Pourquoi j’aime le journaling

ambiance journaling

Sans le savoir je pratique le journaling depuis trèèèèès longtemps. Je croyais simplement noter ce qui me passe par la tête dans le carnet que je trimballe partout dans mon sac, mais non. En vrai je fais du journaling. Ah? Peu importe le nom, les bienfaits de cette pratique m’apportent tellement que j’ai envie de vous en parler.

Le journaling? Qu’est-ce que c’est?

Il s’agit de noter sans censure tout ce qui nous passe par la tête dans un carnet, un cahier, ou sur un ordinateur. Bref, de le sortir de notre cervelle pour le déposer sur un support externe, papier ou numérique (ou autre, vous pouvez sculpter les parois de votre sous-sol si ça vous inspire). Et de préférence au quotidien. Appelez ça journal intime, ou carnet de bord, pourquoi pas.

Vous pouvez le faire sous forme écrite, mais aussi par des dessins, des collages, ou en combinant ces techniques. L’essentiel est d’exprimer librement ce qu’on ressent. Peu importent les fautes d’orthographe ou l’absence de structure des phrases. Un carnet de journaling n’est pas destiné à être montré. Son but n’est pas d’être joli, mais de servir de défouloir. C’est un espace de liberté et d’introspection où les filtres n’ont pas leur place.

 

Carnets et mugPour ma part j’ai commencé il y a une dizaine d’années, en parallèle de la psychanalyse entamée à l’époque. Frustrée de ne pouvoir parler à mon psy entre les séances, j’ai ressenti le besoin de répertorier mes réflexions sur un carnet. Une manière pour moi de préparer du « contenu » pour nos rendez-vous à venir.

En écrivant les questions, je me suis vite aperçue que des réponses me venaient (on ne sait d’où). Et aussi qu’une multitude d’associations d’idées, de pistes de réflexions à creuser, apparaissaient. Et qu’une sorte de conversation intérieure se créait spontanément, qui me faisait gagner en clarté d’esprit. Je me sentais (et me sens) tellement bien pendant le journaling que j’en oubliais le reste. Dans le jargon du développement personnel, ça s’appelle entrer dans l’état de flow.

 

Comment faire?

Une des nombreuses qualités du journaling est sa facilité d’utilisation. Un carnet et un stylo suffisent pour commencer.

Le matériel

Ma préférence va aux petits formats (type A5), pratiques à glisser dans un sac ou une poche. J’aime bien les carnets de croquis, qui ont des pages blanches et un papier dont le grammage supporte quelques aplats au feutre aquarellable. Mais c’est une question de goût, et les carnets lignés ont leur charme propre. Si vous avez envie de cahiers d’écoliers, et de grands formats pour avoir plus de place pour écrire, libre à vous!

Matériel pour journalingA cette base carnet-stylo, vous pouvez ajouter:

  • un stylo bille quatre couleurs
  • un tube de colle
  • une petite paire de ciseaux
  • quelques feutres ou crayons de couleur aquarellables
  • un pinceau à réservoir d’eau
  • un porte-mine ou crayon graphite

Bien sûr, cette liste est non exhaustive, à vous de la modifier en fonctions de vos préférence. Ce matériel complémentaire servira aux dessins, gribouillages, collages qui exprimeront vos humeurs ou vos observations.

Mais peut-être n’en aurez-vous pas envie, si l’écriture vous suffit. Pour ma part il en a longtemps été ainsi, je me contentais de griffonner mes pages, sans illustration ni dessin. Coucher mes pensées sur le papier suffisait à me combler.  Mais comme mon carnet me suis partout, parfois je me suis mise à dessiner des scénettes d’observation ( ou imaginaires) pour passer le temps, en attendant le bus ou un rendez-vous. Et j’ai fini par y prendre goût.

Quelques techniques pour commencer

Piles de carnetsL’écriture libre

Le plus simple pour commencer est l’écriture libre. Il suffit de laisser couler tout ce qui vous passe par la tête sur le papier. En vrac,  sans chercher à faire beau, ni juger si c’est profond, intelligent ou pas. Souvent ça ne l’est pas, et ça n’a aucune importance. C’est le processus qui est important. Le fait de rendre conscientes des pensées diffuses.

Votre carnet est un espace d’expression libre, et l’écriture prend sa dimension thérapeutique lorsqu’elle est pratiquée sans aucune autocensure. Vous n’écrivez pas pour publier un prochain best-seller. Vous écrivez pour dialoguer en toute sincérité avec vous-même. Cela permet de voir émerger des sujets oubliés, de les creuser, de les apprivoiser. De se reconnecter à son inconscient.

A faire ne serait-ce qu’un quart d’heure le matin au réveil, ou le soir comme un bilan de la journée. Cela permet de se décrasser l’esprit, l’équivalent mental d’un brossage de dents.

L’écriture « pleine conscience »

A la manière de la méditation en pleine conscience, vous pouvez vous poser en observateur de vous-même et de ce qui vous entoure.

  • Dans quel lieu vous trouvez-vous? Décrivez-le dans les détails: décoration, bruits, odeurs, couleurs, etc.
  • Que s’est-il passé pour vous aujourd’hui? Au travail, à la maison, en vous promenant dehors
  • Comment vous sentez-vous en cet instant? Physiquement, et émotionnellement. Pouvez-vous expliquer pourquoi?

Racontez sans juger, juste de manière factuelle. Faire un point sur ses ressentis permet de s’en délester et de passer à autre chose.

Les listes

Les listes peuvent être moins intimidantes que de rédiger de longs paragraphes . Elles ont aussi la grande qualité de structurer les idées, et sont souvent une mine d’or pour notre créativité. Vous pouvez lister

  • vos envies, les bons moments de votre journée, vos livres ou films préférés
  • les choses que vous devez faire, que vous avez envie de faire, que vous détestez faire
  • vos comptes, vos courses, les menus de la semaine

Et tout ce que vous voulez. La plupart du temps, ces listes seront le tremplin de réflexions et de sujets qui émergeront tous seuls.

Intérieur carnet journaling dessinéLes dessins/collages/gribouillages

Pour les plus visuels, ou simplement pour passer par un autre canal que la pensée rationnelle, les techniques graphiques sont libératoires.

Vous pouvez symboliser votre émotion par un dessin ou un collage. A quoi ressemble votre colère, ou votre joie, ou votre peine? Représentez-la en formes et en couleurs, sans vous préoccuper de l’esthétisme. Encore  une fois, priorité à l’EXPRESSION!

Ou à l’inverse, laissez faire votre main et votre intuition. Gribouillez aléatoirement, et laissez émerger les formes et les couleurs sans contrôler le processus. Regardez  après ce qui en ressort, ce que ça vous inspire. Cette méthode est une excellente porte d’ouverture aux pratiques artistiques, car elle enclenche les pensées analogiques, et nous immerge dans notre imaginaire.

Ce que peut apporter le journaling

Le journaling est un des outils de développement personnels les plus efficaces que je connaisse. Il est simple à mettre en œuvre, pas cher, et on peut s’y mettre quand on veut, où on veut. La liberté vaut aussi pour la fréquence. Il m’est arrivé d’écrire tous les jours pendant de longues périodes, puis d’arrêter, et de reprendre un peu. Puis plus longtemps. Question d’envie.

Il faut garder à l’esprit que cela ne nous apporte rien si on s’en acquitte comme d’un exercice obligatoire. Dans ce cas, cela devient une corvée. Par contre c’est génial lorsqu’on considère les pages vierges comme un lieu d’expression. Les carnets facilitent un rapport plus intime à nous-même. On parvient alors à prendre du recul sur nos émotions, à penser plus clairement, à (un peu) mieux se comprendre.

Pratiquer régulièrement le journaling est pour moi une question de bien-être psychique. Je me sens toujours mieux après, plus sereine, au clair avec moi-même. Dans les moments compliqués, c’est un exutoire qui m’évite de m’énerver sur les autres. Ce sont les pages « qui prennent », et m’aident à réfléchir. Effet calmant garanti. C’est comme avoir un ami à qui on peut raconter tout ce qu’on veut, qui pardonne tout, qui comprend tout, et nous aide à avancer.

Cet ami, on l’a tous en nous, mais souvent on l’a oublié. Le journaling nous permet de le retrouver.

Carnets sur tapis

J’espère vous avoir donné envie de prendre un crayon et d’ouvrir un carnet. N’hésitez pas à raconter votre expérience du journaling en commentaire!

 

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à consulter mes autres articles:

Eloge de la curiosité

Comment s’occuper chez soi pendant le confinement coronavirus?

Micro aventure, la tendance post-covid

Pour en savoir plus sur les vertus de l’écriture:

https://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Methodes/Reponses-d-expert/Quand-l-ecriture-devient-therapeutique