« Un homme doit mourir », de Pascal Dessaint

Illustration article Un homme doit mourir

A l’époque révolue où fréquenter les festivals littéraires était facile, et même banal, j’ai trainé mon inculture jusqu’à la salle des fêtes de Lamballe. Un encart trouvé  dans la presse m’avait donné envie de faire un tour à Noir sur la Ville , le salon du roman noir et du polar. J’y ai fait quelques belles découvertes. Parmi elles: Pascal Dessaint , dont l’engagement écolo revendiqué m’a plu.

Il a eu la gentillesse de me dédicacer « Un homme doit mourir ».

Dédicace Un homme doit mourir
Ambiance lecture Un homme doit mourir

Que raconte « Un homme doit mourir »?

L’intrigue de ce roman écologiste se déroule dans une région imaginaire qui ressemble aux Landes. On découvre l’histoire par le prisme de deux personnages qui représentent, chacun à leur façon, les contradictions de notre rapport à la nature:

Boris, le naturaliste au service de « l’ennemi ».

Ses remords de conscience ne l’empêchent pas de rendre des rapports d’expertise favorables aux demandes douteuses des industriels qui font appel aux services de son employeur.
Il est en mission pour rendre un rapport positif à l’implantation d’une unité de stockage de matières dangereuses dans un espace naturel protégé. 
Ses contacts avec les activistes opposés au projet ne lui facilitent pas la tâche. Logé chez un des zadistes qui ignore qui il est, il se retrouve embarqué malgré lui dans un engrenage qui le dépasse.

Alexis, le trafiquant de bois.

Il roule en SUV, traite ses affaires sans états d’âme, fantasme sur les adolescentes croisées dans les stations services. Il rejoint son ami Raphael dans l’énorme villa construite sur une dune où elle n’aurait jamais dû se trouver. Hélas le compte en banque et les graissages de pattes de Raphael ont eu raison de la loi littorale. Il a fait araser la dune, sans se soucier des conséquences.

Tout comme Boris, il est coincé dans une situation qui lui échappe. Oscillant entre instinct de survie, lâcheté, sursauts d’humanité, il doit pourtant prendre position.

Quand les deux antagonistes se rencontrent, rien ne se passe comme prévu.

Un homme doit mourir gros plan
Un homme doit mourir couverture

Pourquoi j’ai aimé « Un homme doit mourir »? 

J’ai tout de suite accroché avec cette intrigue outdoor et bien rythmée.

« Un homme doit mourir » divertit tout en livrant les réflexions de l’auteur sur notre rapport à la nature. L’utilisation de l’alternance des points de vue n’est pas une nouveauté, mais elle est pertinente ici. Penser comme un écologiste défroqué est intéressant. Penser comme un businessman sans état d’âme l’est aussi, le temps d’un roman. 

J’adore l’ironie de l’auteur, et aussi son absence de manichéisme. Ses personnages ne sont pas des anges, mais ne sont pas non plus entièrement mauvais. Comment trouver l’équilibre entre respect de l’environnement et satisfaction de nos besoins? Ce n’est pas simple, mais Pascal Dessaint sait nous rappeler combien nous sommes dérisoires, et la nature puissante.

La nature, troisième personnage du roman. Les descriptions érudites, au travers du regard de Boris, sont splendides. Elles apportent le bol d’air frais qui rend respirable cette histoire d’humains puants l’ambiguïté et la compromission.

Roman noir, à tendance implacable, « Un homme doit mourir » incite à réfléchir sur notre impact environnemental. J’ai tourné les pages avec avidité. Et refermé l’opus pleine de questions sur le futur de la planète.

 

Ci-dessus, une vidéo dans laquelle l’auteur présente son livre.

Et vous? Avez-vous lu « Un homme doit mourir »? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires.

 

Si vous voulez vous procurer le titre, cliquez ici  (cet avis de lecture n’est pas sponsorisé, et ne fait l’objet d’aucune affiliation).

Et ici pour accéder au site de l’auteur.

 

Vous aimez les posts lecture? Vous aimerez peut-être 

Hypothermie (une enquête d’Erlendur)

C’est le cœur qui lâche en dernier

Les Lance-Flammes

Les Furtifs.

Rien ne se perd